#1 L’atelier

Enseigner par l’atelier, une question de recherche ?
Compte rendu de la journée

Table 1. La pédagogie de l’atelier à l’épreuve de la commande

Les ambivalences de la relation de la commande dans l’encadrement d’atelier en master
Claire Carriou et Elsa Vivant

L’atelier est souvent pensé comme l’occasion de « faire comme si », c’est-à-dire de reproduire les situations professionnelles. Claire Carriou et Elsa Vivant défendent une conception de l’atelier comme un espace intermédiaire dans lequel il s’agit de « faire autrement ». Créer cet espace d’entre-deux est l’objet de négociations avec le commanditaire. Cela nécessite un travail d’ajustement permanent à la fois pour le professionnel qui endosse un rôle de partenaire plutôt que de commanditaire et pour l’enseignant qui devient tout autant chef d’équipe qu’encadrant. Un des enjeux est de parvenir à décaler la commande initiale, à la reformuler de manière à autoriser une distance critique.

Comprendre la relation ambivalente qui se noue entre le commanditaire et l’enseignant et qui autorise ce « faire autrement » est un enjeu d’autant plus important que l’université fait face à une demande de professionnalisation et de responsabilité sociale. Les formations en urbanisme ont acquis une expérience à travers la pratique de l’atelier qu’il serait intéressant de partager avec les autres disciplines de manière à poser des « garde-fous » à la professionnalisation et au risque de marchandisation du travail universitaire qui l’accompagne. 

Présentations réflexives

L’Atelier Universitaire en Aménagement et Urbanisme (AUAU) : un atelier professionnalisant pour répondre au défi du cluster ruralité de la Région Nouvelle Aquitaine.   Catherine André, Emmanuelle Bonneau et Romain Quesada

Cette intervention a exploré une forme de commande différente de la commande réelle par une administration et proche du service à la communauté à partir d’un atelier sollicité par l’association « Paysages Nourriciers » en Corrèze. Les encadrants défendent une université au service des territoires, une méthodologie de projet qui implique l’étudiant dans le territoire et une éthique qui vise à former des urbanistes « à l’écoute », capables d’adapter leurs pratiques dans un monde incertain.  

  • L’atelier est le lieu d’une « réflexivité sur l’action » et d’une capitalisation autour de l’approche du projet par le paysage.
  • Décaler l’atelier dans des territoires ruraux et contraints financièrement ressort d’une posture engagée qui vise à former les étudiants à de nouveaux modes de conduite de projet plus sobres.

Table 2. Les relations et dispositifs pédagogiques entre enseignants et apprenants

Faire atelier. Entre postures d’apprenants et rôles d’enseignants
Marta Alonso, Lisa Lévy, Laurent Matthey et Séréna Vanbutsele

Il existe de multiples styles d’apprentissage. Or, les enseignants ont tendance à imposer leurs propres schèmes cognitifs, ce qui est à la source de décalages et de malentendus avec et entre les étudiants. Comment parvient-on à « faire atelier » face à la diversité des styles d’apprentissage des étudiants ? Les auteurs distinguent quatre archétypes d’apprenants et les mettent en relation avec différents rôles pris par les encadrants.

  • L’étudiant angoissé : l’atelier vise à accompagner les étudiants dans la construction de leur propre posture de professionnel. L’atelier ne donne pas de consigne précise et garantit aux étudiants une liberté de pratique, ce qui génère de l’angoisse. L’enseignant joue alors le rôle de gardien comme le « gardien du guet qui garantit le passage des eaux tumultueuses ».
  • La lutte pour la reconnaissance : face à des étudiants qui ont besoin d’être convaincu de l’intérêt de ce qu’ils font, l’encadrant joue le rôle de coach. Il doit se rendre disponible et trouver les commentaires justes.
  • La quête de référence et le désir de culture : certains étudiants veulent être nourris de références méthodologiques et théoriques. L’encadrant est perçu comme un maître ou un modèle qu’il s’agit d’imiter. Cette posture est problématique dans la mesure où elle met davantage l’accent sur le produit fini que sur le processus d’apprentissage.
  • L’étudiant hyper impliqué : face à des étudiants qui veulent maîtriser l’ensemble du travail parfois au détriment du groupe, l’enseignant joue le rôle de médiateur en rappelant la nature coopérative du travail urbanistique.
    « Faire atelier » nécessite donc de varier les rôles en tant qu’enseignant.

Présentations réflexives

Enquête et mise en récit ; exploiter le potentiel dramaturgique des lieux ; retour sur l’atelier Histoires Éclairées. Théo Fort-Jacques et Emmanuelle Gangloff

Cet atelier expérimental a interrogé les différents types de récits associés à un lieu comme outil de diagnostic mais aussi comme méthodologie pour explorer des potentiels de projet. Comment une enquête tournée vers le recueil des récits peut-elle « faire projet » ? Comment construire un cadre de travail qui favorise l’esprit d’initiative et laisse une place à l’ « improvisation » dans un contexte de renouvellement du métier d’architecte ?

Enseigner par l’atelier, une question de recherche ? Programme

Le premier séminaire du réseau PédagAU aura lieu le jeudi 9 mai 2019, de 9h00 à 18h00 à Sciences Po Paris. Il aura pour thème “Enseigner par l’atelier, une question de recherche ?” et interrogera les spécificités de l’apprentissage en atelier, forme d’enseignement classique en urbanisme mais peu étudiée dans la recherche francophone. Vous trouverez ici l’appel à contribution et le programme de la journée.

Informations pratiques :
– Lieu : CERI, 56 rue Jacob 75006 Paris
– Salle : Jean Monnet, 1er étage
– Inscription obligatoire via ce lien

Pour tout renseignement, contactez :
– Franck Scherrer : franck.scherrer@umontreal.ca
– Agnès Bastin : agnes.bastin@sciencespo.fr