Une des premières enquêtes sur le rôle de l’atelier dans l’enseignement de l’urbanisme

Au début des années 1980, Leonard Heumann et Louis Wetmore, professeurs d’urbanisme à la Faculté d’Aménagement et d’Urbanisme de l’Illinois à Urbana Champaign, font le constat que, malgré les changements importants qu’a connu l’enseignement de l’urbanisme dans leur université, l’atelier est demeuré un élément central de la formation. Ils s’interrogent alors sur le rôle joué par cette forme particulière d’enseignement. Face à l’absence d’études existantes, ils réalisent une enquête comparant l’évolution de la place de l’atelier dans les formations en urbanisme dans dix universités aux Etats-Unis entre 1955 et 1984. 

HEUMANN L. F. et WETMORE L. B. (1984) « A Partial History of Planning Workshops : The Experience of Ten Schools from 1955 to 1984 », Journal of Planning Education and Research, n°4-2, pp. 120-130.

Une méthode d’enquête qui fait référence

Leur enquête s’appuie sur des entretiens téléphoniques auprès de 16 masters d’urbanisme dans 10 universités états-uniennes. Les participants, des professeurs et membres universitaires en fonction ou à la retraite,  sont interrogés sur la pratique de l’atelier entre 1955 et 1984. L’année 1955 est choisie comme point de départ pour faire suite à la première enquête réalisée par Adams jusqu’en 1954. Ainsi, les auteurs s’inscrivent dans la continuité d’une précédente enquête dans une logique longitudinale de documentation historique. Les entretiens sont ensuite analysés à l’aune de 5 critères : le nombre d’ateliers obligatoires, les objectifs pédagogiques de l’atelier, le rôle du professeur, le recours à des commanditaires et sous quelle forme, l’espace alloué à l’atelier.  

Une évolution du rôle de l’atelier

Les entretiens montrent une tendance à la diversification des programmes : alors qu’en 1954, tous les programmes d’urbanisme suivaient globalement le même modèle, en 1984, ils diffèrent fortement les uns des autres. Au-delà de la diversification, les auteurs remarquent des tendances d’évolution communes. Entre 1955 et 1975, les ateliers obligatoires ont tendance à devenir facultatif. Entre 1975 et 194, on observe une tendance à la réintégration d’ateliers dans certains cursus mais sous des formes différentes. Alors qu’en 1955, les ateliers ponctuent la formation allant du simple au complexe et constituent le cœur de l’enseignement, en 1984, il n’y a plus qu’un seul atelier final jouant le rôle de synthèse des compétences et connaissances acquises dans les autres cours. Le problème soumis aux étudiants est d’emblée un problème complexe qui nécessite la mise en oeuvre de plusieurs méthodes. 

Des ateliers qui tendent vers la professionnalisation

Le rôle du professeur évolue au sein de l’atelier : il devient de plus en plus un accompagnateur face à un client qui passe commande aux étudiants. Alors que dans les années 1950-1960, l’atelier est une pure simulation dont le cadre est défini par l’enseignant, il devient plus fréquemment un exercice de réponse à une commande réelle. Le rendu final évolue vers  une présentation formelle devant un client. Cette tendance se traduit également par une évolution des objectifs pédagogiques assignés à l’atelier. Ceux-ci ont tendance à être de plus en plus spécifiques (“Développer une approche professionnelle avec travail en équipe”, “Introduire un domaine de spécialité en urbanisme”, “Fournir une expérience de socialisation professionnelle”, “Résoudre un problème en profondeur”) et de moins en moins génériques (“Se familiariser à une pratique globale de l’urbanisme”, “Appliquer des méthodes de planification à une méthode”, “Appliquer des méthodes d’analyse et réaliser des enquêtes”). 

Heumann et Wetmore propose une typologie des ateliers. Ils distinguent : 
– l’atelier coeur de l’enseignement professionnel ou the core of professional education
– l’atelier en commande réelle spécialisée ou the real life problem in an area of concentration
– 
L’atelier d’introduction ou the introductory workshop
Cette enquête constitue une documentation précieuse quant à la pédagogie de l’atelier. Elle peut encore aujourd’hui servir de points de départ historique et méthodologique pour de nouvelles enquêtes aux Etats-Unis et ailleurs. 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.